Vous êtes ici

Benjamin Lloyd, le tatoueur des chevaux

Le saviez-vous ? Il y a plusieurs centaines d’années, les indiens des plaines tatouaient leur chevaux, des marques qui symbolisaient alors la bravoure des cavaliers. Aujourd’hui, un tatoueur neo-zélandais renoue avec cette tradition même si le dessein est bien différent.

Des tatouages indolores et éphémères

Benjamin Lloyd est un tatoueur néo-zélandais qui a la particularité d’effectuer des tatouages indolores et éphémères sur des enfants malades afin que ces derniers reprennent confiance en eux. Une démarche salutaire et saluée comme il se doit. Mais Lloyd ne s’arrête pas là ! En ayant recours à une technique similaire, il tatoue dorénavant les chevaux dépressifs. Haro sur le baudet ! Face aux inquiétudes légitimes de certaines personnes, il tient tout de même à préciser que son « encre est sans danger pour l’animal et que les chevaux son manipulés avec une grande attention ». Ouf.

Il y a quelques centaines d’années, les indiens des plaines tatouaient déjà leurs chevaux

Cette pratique était en fait déjà courante il y a quelques centaines d’années lorsque les indiens des plaines régnaient sur le continent américain. En effet, les chevaux étaient souvent ornés de symboles censés proclamer les exploits accomplis par l’homme et sa monture. Si la démarche est ici bien différente, on ne peut s’empêcher de faire un parallèle. Ces tatouages devenus éphémères ne sont en fait réalisés que lors d’occasions exceptionnelles (spectacles, concours déguisés, etc). Même si on peut douter que les tatouages fassent sortir les chevaux de leurs potentielles dépressions, et dans la mesure ou cela ne leur fait pas de mal, on peut simplement se contenter d’admirer béatement les œuvres de Lloyd sur des canassons.

 

Les articles du même sujet: 
Voir tous les articles sur :   Actus tatouage