Vous êtes ici

Le tatoueur Stéphane Chaudesaigues fête 50 ans d’existence… et 30 ans de carrière

Le samedi 14 avril 2018, Stéphane Chaudesaigues fêtera son 50ème anniversaire dans le village de Chaudes-Aigues autour d’un événement ouvert à tous. L’occasion pour Tattoos.fr de revenir sur le demi-siècle d’histoire du précurseur du tatouage réaliste made in France.

Avant Mai 68 : Avril 68

Stéphane Chaudesaigues a connu Mai 68… mais ne s’en souvient pas, et pour cause : il venait à peine de voir le jour. Né le 9 avril de la même année à Versailles, il s’intéresse de près au tattoo dès le plus jeune âge en allant épier Monsieur Bruno, premier tatoueur de France, dans son studio de Pigalle. Sa carrière professionnelle, il l’entame à 18 ans en même temps que sa carrière… de père.

La naissance du collectif de studios de tatouage Graphicaderme

À la fin des années 1980, alors qu’il n’est âgé que de 19 ans, le tatoueur créé Graphicaderme, collectif de studios de tattoos. Il devient à cette occasion le premier tatoueur d’Avignon, à la tête du premier studio de tatouage de la cité papale. Depuis la place Pignotte à Avignon, dans le Vaucluse, le nom Graphicaderme se développe année après année à échelle nationale. Au final, 12 ateliers voient le jour dans pas moins de 9 villes. 2018 verra l’ouverture d’un petit nouveau, là où la rue de la République rejoint la place de l’Horloge… toujours à Avignon.

Les États-Unis, sur le chemin de Philadelphie

Le temps passe et Stéphane Chaudesaigues perfectionne son art. Sa maîtrise du tattoo réaliste lui vaut la reconnaissance des deux côtés de l’Atlantique. Aux États-Unis, il obtient le prestigieux prix d’Artiste de l’année en 1995 de la part de la National Tattoo Association. Au pays de l’oncle Sam, il pique dans sa ville de cœur, Philadelphie, et se lie d’amitié avec Bill Funk et Shane O’Neill – pour ne citer qu’eux.

La création de l’association Tatouage & Partage

En France, le tatoueur multiplie les pièces-maîtresses… et les initiatives. Au début des années 2010, il fonde Tatouage & Partage, association de défense des tatoueurs dont la vocation est d’obtenir un véritable statut légal et reconnu pour tous les acteurs de l’encrage en France. À travers Tatouage & Partage, Stéphane Chaudesaigues s’attache aussi à repenser l’apprentissage des tatoueurs avec un projet de formation diplômante et l’organisation de séminaires pour les professionnels (invités en date : Hannah Aitchison, Jeff Gogue ou encore Joshua Carlton et Thomas Carli Jarlier au Palais des Papes d’Avignon). Le statut que lui confère l’association lui permet également de démarcher le sénateur Pierre Jarlier pour défendre les tatoueurs lors de la crise des encres couleur en 2013.

Du Salon du Tatouage de Paris Austerlitz…

Stéphane Chaudesaigues, c’est aussi l’amour des conventions de tatouage – sur le sol américain, mais aussi et surtout sur le territoire français. En 1999, il collabore en tant que consultant au développement du Salon du Tatouage de Paris Austerlitz et concourt au chiffre record de fréquentation pour l’époque : 17 000 visiteurs font le déplacement au cours du week-end.

… au Festival International du Tatouage de Chaudes-Aigues

En 2013, il revient à ses premières amours et met sur pied le Cantal Ink, un festival de tatouage au cœur de Chaudes-Aigues, petit village auvergnat dont il porte le nom. La première édition réunit un peu plus de 10 000 visiteurs ; la 5ème en date, en 2017, fait encore mieux. Victime de son succès, le Cantal Ink doit aujourd’hui composer avec ce qui forge son identité : des espaces restreints… mais aussi des financements limités. De l’aveu-même des observateurs, le Festival du Tatouage de Chaudes-Aigues reste le seul événement tatouage en France et à l’international capable d’attirer un public aussi large en zone rurale. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : quand le dernier salon parisien réunissait un peu moins de 30 000 visiteurs en 3 jours pour 450 artistes-tatoueurs annoncés, le dernier Cantal Ink, lui, attirait 14 000 curieux sur 2 jours pour 110 tatoueurs internationaux et nationaux… le tout dans un village de 900 âmes sans gare, ni aéroport, ni métro !

La poursuite de l’aventure à Saint-Malo avec le Corsair Tattoo Ink

Cette expérience et cette passion de l’événementiel teinté d’encrage, Stéphane Chaudesaigues la met tour à tour au profit du Cézanne Tattoo Ink d’Aix-en-Provence en octobre 2014, et du Corsair Tattoo Ink de Saint-Malo. Il y apporte son soutien à Kalil Moktar, tatoueur, ami, secrétaire de l’association Tatouage & Partage, et président de l’association caritative Les Tatoueurs ont du Cœur.

Et maintenant ?

Trois décennies, sept enfants, et un Chaudesaigues Award plus tard – un trophée pensé pour récompenser les meilleurs tatoueurs contemporains –, Stéphane Chaudesaigues est de retour sur la terre de ses ancêtres, lesquels avaient quitté l’Auvergne pour monter à Paris. Un juste retour des choses et un clin d’œil au destin pour l’une des figures les plus incontournables de l’encrage à la française.

Voir tous les articles sur :   Tatoueur