Vous êtes ici

Tatouage et 3ème âge

Ce n’est pas une nouveauté, le tatouage s’étend, encore et encore, s’il fallait une nouvelle preuve, c’est l’engouement croissant que le phénomène rencontre auprès des personnes âgées. De plus en plus de grands-mères et de grands-pères passent à l’acte, un constat dressé notamment par le journaliste François Coulon qui s’est rendu dans l’une des villes les plus âgées de France, les Sables d’Olonne.

83 ans et un scorpion sur le bras

La ville, qui compte tout de même cinq salons de tatouage, est en bonne place pour observer le phénomène. Si certaines personnes âgées souhaitent par le biais du tatouage masquer les marques du temps, d’autres en revanche le font par plaisir pur. Alain Charronneau, l’un des tatoueurs de la ville témoigne : « Une femme de 83 ans est repartie avec son petit scorpion sur le bras et elle était contente, c’était génial. A 20 ans, ces gens-là ne se faisaient pas tatouer. A cette époque là, on disait que c’était de mauvaises femmes »

Tatouage entre hommage et renouveau

Les tatouages sur les personnes âgées, s’ils n’ont pas été réalisés lorsqu’elles étaient plus jeunes sont souvent, selon un autre tatoueur de la ville, des hommages rendus à des personnes disparues ou à des descendants : « Certains aspirent à un changement de vie parce qu’ils se sont séparés ou parce qu'ils ont perdu leurs moitiés. Ils font quelque chose pour symboliser un renouveau. D’ailleurs, elle s’est mise à pleurer quand c’était fini, c’était émouvant. » Grandma rocks.

Tous propos recueillis sur Europe 1
 

Voir tous les articles sur :   Actus tatouage