Vous êtes ici

Madame Lazonga, une pionnière du tatouage pas vraiment comme les autres

Madame Lazonga, aka Vyvyn, aka Seattle’s first lady of tattoo, est une vieille de la vieille. 71 printemps et des nuances de rose dans les cheveux, loin de l’image de la mamie gâteau donc. A l’époque où les femmes commencent tout juste à s’émanciper, Vyvyn décide de s’approprier son corps à travers le tatouage et fait fi des qu’en-dira-t-on. Elle fait rapidement la connaissance de Danny Danzl, vétéran de la seconde guerre mondiale qui, en échange d’un peu d’aide dans sa boutique de tatouage, lui enseigne les rudiments de la discipline. Un milieu alors exclusivement masculin, Madame Lazonga raconte :  « La profession était principalement contrôlée par les hommes [...] à l'époque j'étais jeune, presqu'une anomalie, mais surtout au bon endroit au bon moment. » Après huit à bosser pour Danzl, elle décide de mettre les bouts. Une boutique, puis une autre pour finalement, en 1979, ouvrir son propre salon, l’un des tous premiers dirigé par une femme.


Un apprentissage perpétuel


Malgré l’expérience accumulée, Vyvyn apprend le métier et toutes ces difficultés sur le tas. Le plus dur ? S’entourer des bonnes personnes, apprendre à dire non aux clients potentiels et surtout se résoudre à voir partir son œuvre : « tu y mets tout ton cœur et toute ton âme puis la personne s’en va ». Une grande frustration. Et puis, elle y a trouvé un intérêt certain, notamment lorsqu’il s’agissait d’aider certaines femmes victimes de cancer du sein et de mastectomie à masquer leurs cicatrices et à faire en sorte qu’elles acceptent ce nouveau corps. Du constructivisme à l’abstrait en passant par des dérivés de tatouage Yakuza, Madame Lazonga a réussi à se réinventer sans jamais perdre de vue qu’un tatouage c’est aussi la rencontre entre le tatoueur et le tatoué. Et aujourd’hui, c’est un peu moins difficile pour elle de voir ses clients franchir le pas de la porte et de se dire que peut-être, elle ne le reverra jamais…

Source : komonews.com

Les articles du même sujet: 
Voir tous les articles sur :   Actus tatouage