Vous êtes ici

Les français ont le tatouage dans la peau

Une fois n’est pas coutume, un nouveau sondage révèle que le tatouage connaît un succès toujours plus grand. Le dossier consacré au tatouage par le journal La Croix est éloquent.

Aujourd’hui en France, ce sont près d’un Français sur 5 (18%) qui est ou a été tatoué. Fin 2016, ils étaient 14% et six ans plus tôt 10%. Le phénomène touche surtout les jeunes adultes. Ainsi, ce sont presque 29% des moins de 35 ans qui sont aujourd’hui tatoués. Longtemps l’apanage de quelques communautés marginales, le tatouage avaient cette réputation sulfureuse qu’il est petit à petit en train de perdre puisqu’il devient un phénomène culturel de masse. Le sociologue, David Le Breton etaye et dit que le tatouage était avant les années 80 essentiellement « une culture populaire masculine visant à affirmer la virilité et la dissidence sociale. Le tatoué était souvent un marginal, marin, militaire, prostitué(e) ou issu de l’univers du rock, de la prison, et considéré comme peu fréquentable ». Signe de cette évolution et de son acceptation de plus en plus grande dans la société c’est qu’il n’est plus toujours situé à des endroits que l’on cache (torse, biceps…) mais sur des parties plus visibles du corps.

Changements de représentation

Le directeur du département Opinion à l’Ifop explique que ce changement de comportement opère « un basculement anthropologique » et une « émancipation » de la vision chrétienne du rapport au corps, considéré comme inaltérable. Autre changement notable, le tatouage est le marqueur de la montée de l’individualisme dans la société. Si hier, il était le moyen de montrer qu’on appartenait à une communauté, il est aujourd’hui un moyen de se démarquer, d’affirmer des préférences, des goûts. Bien sûr tout cela est à relativiser puisque dans un contexte de mondialisation, les goûts ont justement tendance à se standardiser. Cependant même si la pratique tend à se démocratiser, il est à noter qu’il n’est pas encore communément accepté d’être tatoué et peut, par exemple, toujours être un frein à l’embauche.

Source : la-croix.com
 

Voir tous les articles sur :   Actus tatouage