Vous êtes ici

Deux momies de plus de 5000 ans révèlent les plus vieux tatouages figuratifs

Au début des années 90, un corps naturellement momifié par le froid était retrouvé dans le glacier du Hauslabjoch, en Italie. Sur cet homme vieux de plusieurs milliers d’années et baptisé Ötzi, on retrouvait des tatouages, 61 petits groupes de traits parallèles réalisés par incision et insertion de poudre de charbon de bois. Il s’agirait en réalité d’une méthode thérapeutique visant à soulager l’arthrose. Le fait est qu’Ötzi était jusqu’alors le tatoué le plus ancien. Cependant, deux momies conservées au British Museum ayant  vécues entre 3351 et 3017 avant J. -C, soit il y a plus de 5 000 ans, et contemporaine d’Ötzi viennent de dévoiler elles aussi des tatouages. Leur particularité, elles possèdent les plus vieux tatouages figuratifs jamais découverts.


La signification des tatouages en question


Sur le bras de l’une des momies baptisées Gebelein, a priori un homme âgé entre 18 et 21 ans, les scientifiques ont trouvé la représentation d’un taureau sauvage et d’un mouton de Barbarie. Concernant l’autre momie, une femme, des dessins en forme de « S » et de « L » ont été retrouvés sur l’épaule et le bras. Les animaux présents sur le bras de l’homme sont des motifs que l’on retrouve fréquemment à l’ére prédynastique et notamment à travers l’art rupestre.

Les chercheurs s’interrogent sur la signification de ces tatouages et notamment sur les indications du statut social de leurs possesseurs. L’équipe de chercheurs se réjouit cependant de cette découverte rare : « ils apportent de nouvelles clés à notre compréhension des usages potentiels qui pouvaient être attribués aux tatouages à l’aube de la civilisation de l’Égypte ancienne, et étendent notre vision sur la pratique du tatouage durant les temps préhistoriques. »

Les articles du même sujet: 
Voir tous les articles sur :   Actus tatouage